Le Forum Femmes Méditerranée de Marseille organise un concours international de nouvelles sur le thème « Demain la Méditerranée »

 


 

 Règlement :


Il s'adresse aux femmes des pays du pourtour méditerranéen n'ayant jamais publié.
Une exception sera faite pour les personnes éditées à compte d’auteur.
Les textes doivent être en adéquation avec le thème et comporter un titre.
Un seul texte sera accepté par auteur.
Les textes devront être envoyés en quatre exemplaires numérotés de 10 pages maximum (12 500 signes).



Les nouvelles devront nous parvenir avant le 20 janvier 2022


A

Forum Femmes Méditerranée
51 rue des Dominicaines - 13001 Marseille
Tel : +33 4 91 91 14 89
E-mail : ffm13@wanadoo.fr



Les lauréates du Grand prix et du prix d’excellence seront invitées à Marseille.

Toutes les nouvelles primées seront publiées dans un recueil. 

 

RETROUVEZ LE RÈGLEMENT DU CONCOURS EN 

ESPAGNOL  ITALIEN    ANGLAIS   ARABE


Règlement du concours en Espagnol/ Reglamento Concurso de relatos - El Mediterráneo del mañana - FFM


REGLEMENT DU CONCOURS DE NOUVELLES EN ITALIEN/concorso di racconti sul tema: «Il Mediterraneo di domani» Regolamento 

 Règlement en Anglais/ THE INTERNATIONAL SHORT STORY COMPETITION THE TOPIC: “Tomorrow the Mediterranean”

 Règlement en arabe/  غدا البحر الأبيض المتوسط

 


Retour sur la journée du 1er Octobre consacrée aux Droits des Femmes Migrantes dans l’Union Européenne.

 



Le vendredi 1er octobre 2021, le Forum femmes Méditerranée a organisé une journée consacrée aux Droits des Femmes Migrantes dans l’Union Européenne. 

Au cours de cette journée ont eu lieu une formation concernant l’accès aux droits des femmes migrantes suivie l’après-midi d’un café du dialogue interculturel, moment d’échanges musical et s’est terminée par la Réunion Nationale des associations de défense des Femmes migrantes, afin de mutualiser nos ressources et compétences pour rendre visible les revendications des femmes migrantes dans l’espace public.

Les droits des femmes migrantes sont indissociables des droits des femmes et des droits humains en Europe et en MÉDITERRANÉE et ne doivent pas être ignorés.

Après une présentation du projet FORUM ; la formation aux droits des femmes migrantes, aux lois mises en place depuis la conférence de Pékin de 1995 et leur application  a eu lieu animée par  Martine Levy, docteure en Sciences Politiques, administratrice du Forum Femmes Méditerranée, délégation Paris. Chaque participant.e a pu se présenter , présenter son organisation ainsi que ses réalisations sur le sujet.

Nous avons pu entendre les témoignages de femmes spécialisées dans la question juridique avec notamment, Adama-Sira LEBLAY, présidente de l'association Olympe, juriste spécialiste du droit des femmes étrangères et Alyssa AHRABARE, responsable de projet du Réseau européen des femmes migrantes (ENoMW) ; précédés par l’intervention d’Esther FOUCHIER et sa présentation du travail et des expérience de terrain du Forum Femmes Méditerranée (qu’elle a fondé en 1993) en lien avec le droit des Femmes Migrantes.

Suite à la formation les participant.es ont pu partager un repas convivial, dans le jardin du Centre Social CCO Bernard Du Bois qui accueillait ces rencontres à Marseille.

Nous sous sommes retrouvés ensuite pour un café du dialogue interculturel en musique avec  Christina ROSMINI, et  Bruno CAVIGLIA, guitariste. Artiste aux multiples facettes, chanteuse, comédienne, danseuse, musicienne et auteure, Christina Rosmini désarçonne ceux qui aiment classer les artistes dans des tiroirs étanches. Christina nourrit ses compositions de musiques « de tous les suds » : flamenca, orientale, sud-américaine et même du Kerala (Inde du sud)… Elle écrit essentiellement en français, mais ses textes sont souvent parsemés d'espagnol, de corse, d'arabe, de ladino, de langues amérindiennes, dans un style imagé, mêlant avec audace et élégance poésie et humour. Son travail dégage une identité́ profondément humaniste, empreinte d’engagement et de spiritualité́, et décline le plus souvent des thématiques autour de la Femme et de la Méditerranée.

 

Suite à ce moment festif a eu lieu la « Réunion nationale des Femmes Migrantes » qui s’attache à favoriser la citoyenneté des femmes migrantes, mutualiser les ressources et compétences des structures œuvrant dans tous les domaines concernant ces femmes et qui a pour  objectif permanent la mise à jour d’un répertoire national pour les rendre visibles, une initiative qui a été réalisé il y a plusieurs années et qui sera mise à jour à la suite de cette rencontre. Les recommandations ont été discuté et sont en cours d’actualisation.

Au cours de cette journée les expositions "Collages d’égalité de genre pour l’avenir: les transformations de l’espace euro-méditerranéen" résultat d’un concours artistique organisé par l’IEMed en collaboration avec la Fondation pour les femmes de l’Euro-Méditerranée et  « #EnsembleStopOppression » série d’affiches et de citations #RiseUpAgainstOppression, (#EnsembleStopOppression) assemblée par le Réseau européen des femmes migrantes (ENoWM), représentant les voix diverses et globales des femmes (militantes féministes, universitaires, expertes juridiques et politiques, dont certaines sont également des survivantes du commerce du sexe) concernées par les questions de violence sexuelle, d'exploitation et de prostitution étaient visible sur place.

Nous sommes très différentes, certaines sont des structures de quartier, d’autres des associations nationales, des chercheuses, des universitaires, des juristes mais nous étions toutes réunies pour l’égalité des droits et des chances dans le cadre d’un réseau européen.

Ce fut une journée riche en échanges, connaissances et en émotions.

Une brochure complète de cette journée est en train d’être finalisée et sera envoyée à l’ensemble des participant.es

 

 




 

Le Forum Femmes Méditerranée a signé cette lettre ouverte et vous invite à la partager


LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES

       Association créée par Simone de Beauvoir

                             6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris, site www.ldif.asso.fr;

Premières associations signataires : Centre Européen du Conseil International des Femmes/ Egalité Laïcité Europe/Femmes Contre les Intégrismes/ Femmes Solidaires/ Forum Femmes MEDITERRANEE/ Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme/Regards de Femmes/Réussir l’Egalité Femmes Hommes/ Tribune Azad Iran Laïque et Démocratique 

 

 

                                                                                                                                  Paris, le 22 octobre 2021

 

                                           COMMUNIQUE

 

                    LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DU CIO, A LA PRESIDENTE DU CNOSF ET AU PRESIDENT DU COJO PARIS 2024[1]

 

Personne ne pouvait ignorer qu’avec la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan le sort des femmes serait celui d’une sous-humanité obligée de se cacher pour survivre.

Personne ne pouvait ignorer que le sort des sportives serait encore pire que celui de toutes les autres catégories sociales.

Selon certaines informations, une jeune volleyeuse de l’équipe nationale junior, Mahjabin Hakimi, aurait été décapitée par les talibans et la chasse aux autres volleyeuses serait ouverte.

On nous dit aujourd’hui qu’en fait Mahjabin Hakimi se serait suicidée à la suite de problèmes familiaux. Est-ce une façon pour le pouvoir en place de masquer la vérité ? Ces informations et leur écho international sont en tout état de cause révélateurs de la tragédie que vivent les sportives afghanes.

Le monde du sport va-t-il longtemps encore conserver le silence face à la politique de terreur qui vise les sportives afghanes ? Des enquêtes ont-elles été lancées auprès des réseaux sportifs en Afghanistan afin de recueillir des informations sur la situation sur place et de prendre les mesures qui s’imposent au niveau international ?

En 2000, alors que les talibans occupaient pour la première fois le pays, la Ligue du Droit International des Femmes avait obtenu du CIO qu’il retire l’invitation faite aux talibans d’assister en qualité d’observateurs aux JO de Sydney.

Attendrez-vous longtemps encore avant de réagir alors que selon la Charte Olympique « chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte » ? 

Quand prendrez-vous vos responsabilités ?

 

  https://www.ldif.asso.fr/index.php?theme=sport&n=1058



[1] CIO : Comité International Olympique, CNOSF : Comité National Olympique et Sportif, COJO Paris 2024 : Comité d’Organisation des JO de Paris 2024.